Histoire de la sève de bouleau

     Si les premiers arbres sont apparus il y a quelques soixante millions d'années, le bouleau quant à lui, commence son existence il y a seulement quarante millions d'années. Il subira, au cours de ce long moment, les aléas climatiques, et après divers revers de fortune, il s'implantera définitivement vers dix mille ans avant notre ère (et oui, les chênaies du centre de la France, n'ont guère connu que trente générations d'arbres, et les sapinières des forêts européennes n'ont pas plus de cinq mille ans...).

     Il est donc très probable qu'au néolithique l'usage de la sève de bouleau ait été connue, même si cela n'est qu'extrapolation, la découverte du chasseur Ötzi, trouvé dans le massif d'Ötz (dans les Alpes), en 1991, par un couple de randonneurs, et momifié par les glaces, tendrait à corroborer ces spéculations. En effet, non seulement on a découvert des restes de plantes médicinales (dont le polypore du bouleau, un champignon connu aujourd'hui pour lutter contre les vers intestinaux et contre certains cancers), mais aussi son étui d'arc était en écorce de bouleau cousu... en outre, avec son arc en If (dont étaient encore faits les meilleurs arcs anglais, au moyen âge, le fameux Long bow) et ses quatorze flèches on à retrouver une hache en cuivre pur, collée au manche avec du brai de bouleau !!!!! Et tout ça alors que la méthode de datation au carbone 14 fait remonter les différents artefacts à environ 5000 ans !!!!

     Des élagueurs racontent avoir été parfois inondés, lors de coupe hivernale, par cette sève de bouleau et avouaient bien volontiers ne pas se douter qu'elle se consommait
( aujourd'hui ils doivent s'en délecter...).

 Il est donc raisonnable de penser non seulement que l'usage des plantes médicinales était courant, au tout du moins existait partout où l'homme vivait en groupe : mais aussi que la sève de bouleau, devait être bu et ses vertus connues. En effet, comment ne pas imaginer que pour se chauffer on ait coupé du bouleau (un des rares arbres que l'on peut immédiatement brûler, et qui se trouve être un excellent allume-feu). La sève de bouleau est si bonne quand elle sort tout juste de l'arbre, et possède si exactement l'apparence de l'eau, que je me plais à croire que l'homme l'ait goûtée, et aient fini par s'apercevoir qu'en plus, elle lui faisait du bien... Pure spéculation évidemment... Ce qui est sûr c'est que l'on retrouve son usage chez les premiers celtes (peuple indo-européen), il y a environ 3000 ans. Mais aussi parmi les peuples sibériens, les chinois, les peuples scandinaves, et, les amérindiens...

Les Celtes peuple sylvestre, se sont certainement aperçu que, des arbres, coupés à la fin de l'hiver, coulait une eau, non seulement délicieuse, mais aussi bénéfique... L'usage s'est ainsi perpétué au travers des âges et de leur migration dans toute l'Europe jusqu'aux Amériques.

Fotolia_6390627_XS.jpg

Les Amérindiens ont exploités au maximum de ses possibilités le potentiel du bouleau. Leur canoë était en écorce de bouleau...

Nombreux sont ceux qui en préconisaient l'usage, que ce soit Hildegarde de Bingen, la mystique, au XII siècle, Paracelse, l'alchimiste, au XV siècle, ou des médecins plus conventionnels comme Matthiole ou Percy.

Les bienfaits de la sève de bouleau n'étaient plus à démontrer, la connaissance de ses vertus s'est transmise par le biais des herboristes et des guérisseurs (souvent des femmes).

N'oublions pas nos Grands-Mères qui de mères en filles se sont transmises leurs secrets.Fotolia_37606204_XS_1.jpg

Mais ce sont bien sûr les phytothérapeutes modernes, comme le Dr Henri Leclerc ou le Dr Valnet qui ont remis au goût du jour l'usage de la sève de bouleau, et en ont confirmé l'efficacité.

    hildegarde de bingen.gif

hildegarde de bingen.gif